Exportations de batterie : Fraude à l’environnement à la Réunion - Par Hervé LAURENT

Six Principes inaltérables pour un leadership durable - Par Mame Cafa SALL

La contrefaçon : danger bien réel pour l’économie réunionnaise ! – Par Hervé LAURENT

L’aversion au risque ou l’étrange darwinisme des marchés africains - Par Guy Gweth

Renforcer la Lutte contre la Fraude et la Corruption dans les Marchés Publics – Par Rigobert Pinga Pinga

Poisson ou poison d’avril ? - Par Cheickna Bounajim Cissé

Quelles approches pour la gestion de l’hydraulique en Afrique noire ? - Par Lansana Gagny SAKHO

Le renseignement d’affaires et l’agent de recherche et d’investigation – Par Laurent Hervé

Comment l'intelligence économique booste la levée de fonds en Afrique - Par Guy Gweth

L’art de négocier sans compromis ni compromission – Par Jacques Jonathan Nyemb

Un leadership efficace commence en soi-même – Par Mame Cafa SALL

Plaidoyer pour l'adhésion de la RDC à l'OAPI – Par Me Romain Battajon

La lutte contre le financement du terrorisme s'intensifie – Par Hervé Laurent

PPP: relever le défi de l'eau pour tous dans le Sénégal rural - par Lansana Gagny Sakho

Les enjeux du m-payement au Gabon, par Reine Toungui

Et si « UBER » s’installait au Niger ? – par Issa Aboubacar Abdou

Le CAVIE Europe devient opérationnel à Bruxelles - par Guy Gweth

Bataille dans la télécommunication nigérienne! - par Issa Aboubacar Abdou

La promotion du secteur privé au Cameroun - par Me Jacques J. Nyemb

Pourquoi la BCEAO a intérêt à être plus audible ? - Par Cheickna Bounajim Cissé

Quelle est la place de la communication stratégique dans l'Agenda 2063?-Par Annie Mutamba

Le chef de la Commission Banque & Compétitivité du CAVIE réunit l’élite malienne

Le président du CAVIE invité sur RFI

Le CAVIE signe un partenariat stratégique avec IXXO

   FR | EN
  • Home
  • Actualité
  • Un leadership efficace commence en soi-même – Par Mame Cafa SALL


Un leadership efficace commence en soi-même – Par Mame Cafa SALL

[CAVIE/ACCI] Le plus souvent quand nous parlons de leadership nous nous limitons au fait qu’il s’agit de savoir diriger, inspirer et fédérer des gens au tour d’une vision. Mais nous oublions souvent que tout ceci repose sur l’auto leadership. Un célèbre auteur disait que l’auto-leadership est la discipline la plus négligée par les leaders dans notre monde. Nous oublions souvent que le changement repose sur soi à 96%, si bien que lorsque nous voulons que les choses autour de nous même changent, nous devons changer en premier. Pas changer juste pour changer parce que malheureusement nous pouvons changer sans pour autant croître. Mais plutôt croître dans le but de changer. C’est ce qui me pousse à scander partout quand l’occasion m’est donnée, que le travail à faire sur soi est plus important que le travail à faire. 

leadership development corporate workers

Comment une personne qui se réveille chaque matin déprimée, frustrée, qui peine à développer une discipline personnelle peut-elle inspirer les autres, stimuler les esprits vers la poursuite d’un résultat ?

Comment parviendrons-nous à avoir une longueur d’avance sur nos concurrents si ces derniers sont plus disciplinés que nous ?

Ne l’oublions pas, l’image d’une entreprise dépend des hommes qui la représentent ou qui y travaillent. Et souvent l’image que les leaders africains ont à l’international n’est pas très reluisante. Notre manque de méticulosité, le non-respect des délais, nos retards fréquents aux rendez-vous d’affaires importants, le non-respect des engagements ou promesses, etc. ternissent un peu notre réputation.

Et dans un contexte de guerre économique acharnée, il est très important de savoir jouer sur des détails aussi importants et en faire un levier pour une meilleure compétitivité.

Ne l’oublions pas, nos résultats sont à l’image de notre niveau de leadership.

A cet effet pour devenir un leader efficace, respecté, créatif, développer sa confiance et son influence, nous devons nous défaire de certaines mauvaises attitudes que nous avons des fois inconsciemment et qui nous empêchent de produire du résultat. Nous devons être le changement que nous voulons voir dans le monde disait Gandhi, nos attitudes quotidiennes ne devraient pas être en déphasage avec ce que nous souhaitons voir chez les autres. Pour sortir de là, nous devons être encore plus vigilants et déterminés à ne laisser aucune dichotomie attitudinale nous empêcher d’être ce que nous désirons être de tous nos vœux.

Concrètement c’est important dans un premier temps d’avoir un plan de carrière ou une vision claire de là où l’on veut aller

Il n’y a pas de vent favorable à celui qui ne sait pas où il va disait Sénèque. La majeure partie des leaders qui passent leur temps à pratiquer ce que j’appelle « le sabotage professionnel inconscient » sont souvent des gens qui n’ont pas de plan de carrière, qui ne travaillent pas suffisamment sur eux pour pouvoir progresser.

Les gens qui savent le point le plus élevé qu’ils veulent travailler à atteindre et dépasser élaborent un plan de carrière et se dotent des moyens nécessaires pour progresser dans leur carrière. Ils savent que pour avoir de l’appui il leur faudra contribuer alors ils se concentrent sur leur capacité à produire des résultats à chaque fois à la hauteur des défis auxquels leur organisation est confrontée. Ils s’arrêtent à chaque fois pour opérer les réajustements nécessaires afin de s’assurer qu’ils continuent à être l’homme ou la femme de la situation. Alors quel est votre plan pour progresser dans votre carrière ?

Deuxièmement, ils n’oublient pas que « leur Attitude détermine leur altitude » Zig Ziglar

Nous enseignons ce que nous savons, mais nous reproduisons qui nous sommes dit John Maxwell. Un leader qui perd son temps dans les futilités, dans la plainte, la jalousie, la frustration, la colère et la dépression oublie de travailler sur lui. Une fois qu’il sera à des postes de responsabilité, il aura des difficultés à fédérer ses équipes afin qu’elles puissent produire du résultat.

Un vrai leader c’est celui qui inspire de par son attitude, si celle-ci est dichotomique avec celle que vous voulez voir chez les autres, vous aurez du mal à diriger une équipe. Quand un bateau est percé de trous et qu’on passe son temps à le vider de son eau, on oublie de le diriger.

Les vrais leaders savent faire fi de leur ego et de leur ressentiment personnel pour avancer et atteindre leurs objectifs. Ils savent se concentrer sur ce qui vaut la peine et négligent le reste. Ils se demandent ce qu’ils doivent faire pour commencer à incarner le leader qu’ils veulent devenir avant d’avoir même l’opportunité de diriger. Ils ont compris que le travail à faire sur soi est tellement énorme qu’ils ne se consacrent qu’à cela.

Faire la même chose ne nous aidera pas à avancer et à améliorer les choses. En plus avec tous les changements auxquels nous assistons actuellement, il serait rébarbatif de ne pas faire de sa croissance personnelle, une priorité. Ne l’oubliez pas le travail à faire sur soi est plus important que le travail à faire.

A votre excellence.

 

Mame Cafa SALL
Présidente commission Leadership et compétitivité