• Home
  • Actualité
  • Les horizons prometteurs du transport aérien, par Eric Bona & Habib Sow


Les horizons prometteurs du transport aérien, par Eric Bona & Habib Sow

 
   1.    3.9 milliards de passagers supplémentaires attendus d’ici 2036

[CAVIE-ACCI] Les projections de l’Association du transport aérien international (IATA) indiquent que le nombre de passagers aériens va presque doubler d’ici 2036, atteignant 7,8 milliards de voyageurs.

Selon l’IATA, le plus important catalyseur de la demande sera la région Asie-Pacifique : elle sera la source de plus de la moitié des nouveaux passagers au cours des deux prochaines décennies. Le moment où la Chine remplacera les États-Unis comme plus important marché aérien du monde (en fonction du trafic à destination, en provenance et à l’intérieur du pays) s’est rapproché de deux ans par rapport à la prévision de l’an dernier. « Nous prévoyons maintenant que cela se produira vers 2022, en raison d’une combinaison de facteurs, à savoir la croissance légèrement plus rapide en Chine et la croissance légèrement plus lente aux Etats-Unis », précise l’IATA.

horizons prometteurs du transport aérien2. Les Prévisions de Trafic

Le trafic entre les pays émergents devrait progresser de 6,2% par an et représentera une part croissante du trafic aérien, passant de 29% du trafic mondial en 2016 à 40% d'ici 2036

Le Trafic aérien intérieur chinois deviendra le plus important flux de trafic avant la fin de la période de prévision et devrait presque quadrupler, celui des États-Unis augmentant de 50% par rapport à une base déjà élevée.

Parmi les 20 principaux flux de trafic, 50% concerneront l'Asie-Pacifique et 25% le Moyen-Orient

Les cinq marchés ayant la croissance la plus rapide, c’est-à-dire le plus grand nombre de passagers supplémentaires par année en 2036, seront :

  • La Chine (921 millions de nouveaux passagers, pour un total de 1,5 milliard)
  • Les États-Unis (401 millions de nouveaux passagers, pour un total de 1,1 milliard)
  • L’Inde (337 millions de nouveaux passagers, pour un total de 478 millions)
  • L’Indonésie (235 millions de nouveaux passagers, pour un total de 355 millions)
  • La Turquie (119 millions de nouveaux passagers, pour un total de 196 millions)

Plusieurs des marchés ayant la plus rapide croissance ont un taux de croissance annuel composé de plus de 7,2 %, ce qui signifie que ces marchés vont doubler en taille chaque décennie. La plupart d’entre eux sont en Afrique, notamment la Sierra Leone, le Bénin, le Mali, le Rwanda, le Togo, l’Ouganda, la Zambie, le Sénégal, l’Éthiopie, la Côte d’Ivoire, la Tanzanie, le Malawi, le Tchad, la Gambie et le Mozambique.

  • Les routes à destination, en provenance et à l’intérieur de l’Asie-Pacifique seront fréquentées par 2,1 milliards de passagers supplémentaires par année d’ici 2036, ce qui portera le nombre total à 3,5 milliards. Le taux de croissance annuel moyen de 4,6% sera le troisième plus élevé, après ceux de l’Afrique et du Moyen-Orient.
  • La région Amérique du Nord aura une croissance annuelle de 2,3% et en 2036, le nombre total de passagers sera de 1,2 milliard, soit 452 millions de passagers supplémentaires par année.
  • L’Europe aura aussi une croissance de 2,3%. Il y aura 550 millions de passagers de plus par année, et le marché total sera de 1,5 milliard de passagers.
  • Les marchés d’Amérique latine auront une croissance de 4,2%, ce qui portera le nombre total de passagers à 757 millions, soit 421 millions de plus qu’aujourd’hui.
  • Le Moyen-Orient connaîtra une forte croissance (5,0%) et il y aura 322 millions de passagers de plus sur les routes à destination, en provenance et à l’intérieur de la région d’ici 2036. Le marché total atteindra 517 millions de passagers.
  • L’Afrique aura une croissance de 5,9%. D’ici 2036, il y aura 274 millions de passagers de plus par année, pour un total de 400 millions de passagers.

  3. Ouverture des frontières et mise en place des infrastructures

Il nous faut des frontières ouvertes au commerce et aux voyages, ainsi que des infrastructures permettant de répondre à la demande de connectivité. Les gouvernements doivent jouer le rôle principal à ces égards en préservant le commerce mondial et en s’assurant que les aéroports et l’espace aérien ont une capacité adéquate, suffisante pour répondre à une demande qui doublera d’ici 2036 » a déclaré M. de Juniac Directeur Général de l’IATA.

L’Open Sky africain prépare doucement son décollage. L'Union africaine a inscrit le marché unique du transport aérien (MUTAA) au menu de la transformation de l'Afrique, appelé « agenda 2063 ». A ce jour, 26 pays, regroupant 670 millions d'habitants, ont adhéré au projet. En tête, le Nigeria, l'Afrique du Sud, l'Egypte, l'Ethiopie et le Kenya.

   4. les Perspectives intéressantes pour l’Afrique

Parmi les avantages attendus de la libéralisation du ciel africain, il y a la réduction du billet d'avion.    De -25% à -35%, selon les différentes prévisions. De quoi booster les déplacements en avion et les ouvrir à de nouveaux voyageurs.

En corollaire, le tourisme bénéficierait d'un développement accru là où les liaisons sont facilitées. Un rêve pour tous les Africains

L'Afrique compte actuellement 15% de la population sur Terre mais ne représente que 3% du trafic aérien mondial. Grâce à l'Open Sky, le nombre de passagers pourrait passer de 100 millions à 300 millions à l'horizon 2035

Autre avantage: l'industrie aéronautique africaine deviendrait rentable et assurerait sa viabilité. Le marché unique du transport aérien africain pourrait créer assez rapidement, selon les acteurs de la transformation, 2,3 millions d'emplois, alors qu'aujourd'hui, le secteur salarie quelque 8 millions de personnes.

 

5. Les Complications

 

Plusieurs risques sont associés à la prévision, prévient toutefois l’IATA : l’optimisation des avantages potentiels de la croissance de l’aviation dépendra du niveau de libéralisation commerciale et de facilitation des visas.

Si le protectionnisme commercial et les restrictions aux voyages sont mis en place, les avantages de la connectivité aérienne seront amoindris et la croissance pourrait descendre à 2,7%, soit 1,1 milliard de passagers en moins annuellement en 2036.

Un aperçu du Trafic Aérien

STAT1

STAT2

STAT3

 

Eric Bona & Habib Sow,

Commission aéronautique du CAVIE Sénégal

 

Source :

http://www.iata.org/Pages/default.aspx

https://www.airbus.com/content/dam/corporate-topics/publications/backgrounders/Airbus_Global_Market_Forecast_2017-2036_Growing_Horizons_full_book.pdf