Le président du CAVIE en tournée du 07 au 25 août au Mali, Burkina Faso, et Djibouti

La Réunion : une des régions les plus corrompues de France - Par Hervé LAURENT

Exportations de batterie : Fraude à l’environnement à la Réunion - Par Hervé LAURENT

Six Principes inaltérables pour un leadership durable - Par Mame Cafa SALL

La contrefaçon : danger bien réel pour l’économie réunionnaise ! – Par Hervé LAURENT

L’aversion au risque ou l’étrange darwinisme des marchés africains - Par Guy Gweth

Renforcer la Lutte contre la Fraude et la Corruption dans les Marchés Publics – Par Rigobert Pinga Pinga

Poisson ou poison d’avril ? - Par Cheickna Bounajim Cissé

Quelles approches pour la gestion de l’hydraulique en Afrique noire ? - Par Lansana Gagny SAKHO

Le renseignement d’affaires et l’agent de recherche et d’investigation – Par Laurent Hervé

Comment l'intelligence économique booste la levée de fonds en Afrique - Par Guy Gweth

L’art de négocier sans compromis ni compromission – Par Jacques Jonathan Nyemb

Un leadership efficace commence en soi-même – Par Mame Cafa SALL

Plaidoyer pour l'adhésion de la RDC à l'OAPI – Par Me Romain Battajon

La lutte contre le financement du terrorisme s'intensifie – Par Hervé Laurent

PPP: relever le défi de l'eau pour tous dans le Sénégal rural - par Lansana Gagny Sakho

Les enjeux du m-payement au Gabon, par Reine Toungui

Et si « UBER » s’installait au Niger ? – par Issa Aboubacar Abdou

Le CAVIE Europe devient opérationnel à Bruxelles - par Guy Gweth

Bataille dans la télécommunication nigérienne! - par Issa Aboubacar Abdou

La promotion du secteur privé au Cameroun - par Me Jacques J. Nyemb

Pourquoi la BCEAO a intérêt à être plus audible ? - Par Cheickna Bounajim Cissé

Quelle est la place de la communication stratégique dans l'Agenda 2063?-Par Annie Mutamba

Le chef de la Commission Banque & Compétitivité du CAVIE réunit l’élite malienne

Le président du CAVIE invité sur RFI

Le CAVIE signe un partenariat stratégique avec IXXO

   FR | EN


L’Afrique examine les moyens de renforcer son autonomie thérapeutique

[CAVIE/ACCI] La ville de Casablanca accueillera, les 17 et 18 avril, la première rencontre Menafrique Santé. Organisée par les laboratoires pharmaceutiques Galenica en collaboration avec le ministère de la Santé, cette rencontre connaîtra la participation de 25 pays. Ces derniers débattront des moyens de renforcer leur autonomie thérapeutique.

LAfrique examine les moyens de renforcer son autonomie thérapeutique

Les pays africains ambitionnent de renforcer leur autonomie thérapeutique. Le Maroc, l’un des pionniers de l’industrie pharmaceutique dans le continent, aura un rôle important à jouer dans la l’atteinte cet objectif. C’est dans ce sens, que Casablanca accueille la première rencontre Menafrique santé, prévue les 17 et 18 avril à Casablanca. Initiée par les laboratoires pharmaceutiques Galenica en collaboration avec le ministère de la Santé, la rencontre accueillera une quinzaine de ministres de la Santé de la région et des responsables du secteur issus de 25 pays. Prenant la parole, jeudi lors d’une conférence de presse organisée à Casablanca pour annoncer l’évènement, le président des laboratoires Galenica, Abdelghani El Guermaï, a souligné que la rencontre «sera une occasion pour l’analyse et l’identification des besoins en matière de soins et d’approvisionnement en médicaments de qualité dans le continent africain en vue d’envisager des actions concrètes et mettre en place des stratégies communes adaptées aux contextes des pays africains».

Une vision partagée par le directeur du groupe, Salim El Guermaï. Tout en rappelant que le Maroc a développé une industrie pharmaceutique conforme aux normes internationales, le responsable a assuré que l’industrie marocaine en la matière était capable de répondre aux besoins de l’Afrique. Les deux responsables du groupe Galenica ont affirmé que les industriels marocains mettront leur savoir-faire et leur expertise au service des pays africains souhaitant mettre en place des unités de production de médicament. De son côté, l’ambassadeur de la République centrafricaine au Maroc, Ismaïla Nimaga, a affirmé que cette rencontre sera un grand pas vers le renforcement de l’autonomie thérapeutique dans le continent africain. Poursuivant son discours en faveur de l’unité et de la coopération africaine, le doyen du corps diplomatique africain au Maroc a fait savoir que la tenue de cet événement, qui vise à insuffler une nouvelle dynamique à une coopération Sud-Sud efficace, vient confirmer le rôle important que joue le Maroc en Afrique à travers le transfert de son expérience dans tous les domaines.

Et pour mieux atteindre leurs objectifs, les organisateurs de cet événement pourront compter sur l’appui et l’expertise de «Maroc Export» dans les marchés africains. En effet, cette entité est l’un des partenaires majeurs de l’évènement. Son secrétaire général, Zouhir Triki, également présent lors de la conférence de presse, a mis l’accent sur la disposition de l’établissement à accompagner le secteur pharmaceutique marocain dans ses ambitions africaines.
Un programme riche

Avec la participation de spécialistes marocains et africains du secteur de la santé, la première rencontre Menafrique santé, prévue les 17 et 18 avril à Casablanca, constituera un réel espace de partage d’expériences et d’expertises entre les participants. Dans ce sens, un programme de conférences et de débats riches a été concocté par les organisateurs. On y retrouve notamment des thématiques telles que «Maladies infectieuses : problématiques et attentes», «Hépatite C : quelle prise en charge en 2017 ?», «Accès à des médicaments de qualité». Des tables rondes s’intéresseront également aux sujets de la «Formation aux métiers de médicaments et transfert de technologie» et du «Marché pharmaceutique dans le monde et en Afrique »

Ayoub Lahrache

  • Partager