Six Principes inaltérables pour un leadership durable - Par Mame Cafa SALL

La contrefaçon : danger bien réel pour l’économie réunionnaise ! – Par Hervé LAURENT

L’aversion au risque ou l’étrange darwinisme des marchés africains - Par Guy Gweth

Renforcer la Lutte contre la Fraude et la Corruption dans les Marchés Publics – Par Rigobert Pinga Pinga

Poisson ou poison d’avril ? - Par Cheickna Bounajim Cissé

Quelles approches pour la gestion de l’hydraulique en Afrique noire ? - Par Lansana Gagny SAKHO

Le renseignement d’affaires et l’agent de recherche et d’investigation – Par Laurent Hervé

Comment l'intelligence économique booste la levée de fonds en Afrique - Par Guy Gweth

L’art de négocier sans compromis ni compromission – Par Jacques Jonathan Nyemb

Un leadership efficace commence en soi-même – Par Mame Cafa SALL

Plaidoyer pour l'adhésion de la RDC à l'OAPI – Par Me Romain Battajon

La lutte contre le financement du terrorisme s'intensifie – Par Hervé Laurent

PPP: relever le défi de l'eau pour tous dans le Sénégal rural - par Lansana Gagny Sakho

Les enjeux du m-payement au Gabon, par Reine Toungui

Et si « UBER » s’installait au Niger ? – par Issa Aboubacar Abdou

Le CAVIE Europe devient opérationnel à Bruxelles - par Guy Gweth

Bataille dans la télécommunication nigérienne! - par Issa Aboubacar Abdou

La promotion du secteur privé au Cameroun - par Me Jacques J. Nyemb

Pourquoi la BCEAO a intérêt à être plus audible ? - Par Cheickna Bounajim Cissé

Quelle est la place de la communication stratégique dans l'Agenda 2063?-Par Annie Mutamba

Le chef de la Commission Banque & Compétitivité du CAVIE réunit l’élite malienne

Le président du CAVIE invité sur RFI

Le CAVIE signe un partenariat stratégique avec IXXO

   FR | EN


L’émergence de la pharmacie communautaire au Sénégal

[CAVIE/ACCI] Paris, le mercredi 26 avril 2017 - Soutenu par l’Initiative RSE Sénégal, une organisation privée tournée vers la promotion de la responsabilité sociétale des entreprises en Afrique de l’Ouest, et le groupe de téléphonie Sonatel, le projet Jokko$anté de pharmacie communautaire s’est développé sur un constat simple : au Sénégal, les médicaments coutent chers et beaucoup n’y ont de fait pas accès.

Lémergence de la pharmacie communautaire au Sénégals

En effet, l’équipe à la base de la création de Jokko$anté s’est rendue compte que 52 à 73 % des dépenses de santé des ménages sénégalais étaient consacrés aux médicaments alors que seule la moitié de la population bénéficie d’une couverture médicale qui d’ailleurs ne prend que rarement en compte ce poste budgétaire.

Tout a commencé lorsque l’un des concepteurs de ce projet s’est rendu compte, au cours d’un déménagement, qu’il possédait une valise pleine de médicaments qu’il n’utilisait plus et que de nombreuses familles sénégalaises devaient être dans la même situation que lui. Interrogé par le quotidien sénégalais Le Soleil, le docteur Ndiémé Ndiaye Diawara, pédiatre à l’hôpital de Diamniadio (40 kilomètres de Dakar) qui est en train d’intégrer l’initiative Jokko$anté, explique ainsi qu’il arrive souvent que « des médicaments soient achetés dans une famille et utilisés seulement à moitié », entrainant le fait que l’autre moitié « puisse se retrouver à la poubelle ». Un gâchis énorme dans un contexte de pénurie sanitaire qui a nourri la réflexion à la base de la création du projet Jokko$anté qui repose sur 3 mécanismes complémentaires.

Économie circulaire

Construit autour du mot Jokkolanté qui signifie en wolof « échanges, transactions » et du mot « santé », Jokko$anté (le $ ne signifiant pas le dollar, mais le caducée de la santé), repose avant tout sur le concept d’économie circulaire. L’idée est ainsi de « faire passer la boîte à pharmacie de l’échelle familiale à l’échelle communautaire » en incitant tous les membres inscrits au projet à déposer tous leurs médicaments non utilisés et non périmés dans les centres de santé affiliés. Chacun d’entre eux reçoit en échange un nombre de points équivalent à la valeur financière des médicaments déposés. Ces points accumulés et comptabilisés sur une application mobile et web sécurisée sont ensuite utilisés pour récupérer des médicaments nouvellement prescrits et permettent en outre de lutter efficacement contre les contrefaçons et l’automédication.

Jokko$anté offre en outre la possibilité aux entreprises d’améliorer leur visibilité et leur impact social en finançant les médicaments des segments de population de leur choix (en fonction du lieu d’habitation, de l’âge, du sexe, etc.). Les concepteurs expliquent que cette visibilité est garantie par l’envoi d’un SMS au bénéficiaire qui l’informe que c’est l’entreprise « X » qui lui a offert les frais de son ordonnance. Enfin, le système admet une certaine souplesse puisque ses membres ont la possibilité de s’échanger des points entre eux ou d’en acheter. Une possibilité qui a été pensée pour les émigrés ou les plus riches qui souhaitent offrir des points à la famille ou aux proches. Jokko$anté a remporté le Grand prix 2016 des Trophées de la e-santé organisés par Castres-Mazamet Technopole, ainsi que le Prix de l’Observatoire de la e-santé de la Fondation Pierre Fabre.

Benoît Thelliez

  • Partager